La Lorraine

La région en résumé : 4 départements (Meuse, Moselle, Meurthe-et-Moselle, Vosges) – Nancy (280 000 habitants) – Agriculture prospère – région industrielle en crise.

Le relief

Le découpage administratif qui se cache sous ce nom historique illustre n’offre aucune unité de relief. Des Vosges à l’Argonne, montagnes, plateaux et collines se côtoient.

La partie occidentale de la Lorraine appartient au Bassin parisien : faible relief, sols crayeux et argileux. Les côtes de Meuse et de Moselle, presque parallèles, couvertes de forêts à l’ouest, surplombent la plaine. La Meuse et ses affluents, les canaux de la Marne au Rhin et de l’Est, toutes ces voies fluviales se dirigent vers la mer du Nord.

À l’est, les Vosges s’ouvrent en longues vallées aux pentes douces, communiquant facilement les unes avec les autres.

Le climat ne subissant presque plus l’influence océanique se rapproche de celui de l’Europe centrale continentale : plus froid et plus sec.

17 écluses pour franchir 4 kilomètres !

Au seuil de Saverne (Moselle), à Saint-Louis-Artziller, jusqu’en 1969, les péniches qui empruntaient le canal de la Marne au Rhin mettaient une journée entière pour franchir 4 km. Elles devaient s’élever à 45 m sur cette courte distance en empruntant pas moins de 17 écluses !

cet escalier, célèbre chez les mariniers, a été remplacé un bac métallique transportant en 20 minutes une péniche de 350 tonnes en coulissant sur les rails d’un plan incliné.

Cet « escalier roulant » peut faire franchir les 45 m de dénivellation à 36 péniches par jour.

L’agriculture lorrain

Dans toute la région la culture se fait dans des « champs ouverts », mais les cultures différent entre plateaux, plaines et versants montagneux. Dans la plaine, le remembrement a permis de redécouper la terre en grandes exploitations de plus de 50 ha consacrés aux céréales. En revanche sur les plateaux (Jura et Vosges), une certaine polyculture ancienne persiste.

L’élevage laitier progresse de plus en plus dans la vallée de la WoËvre. Les prairies gagnent du terrain sur les labours alors destinés aux cultures fourragères ; céréales et betteraves devant nourrir le bétail.

La forêt, très importante en Lorraine (conifères), ne semble pourtant pas être exploitée au mieux. Elle occupe progressivement les territoires agricoles abandonnés, l’exode rural étant très fort en Lorraine. Dans les Vosges, elle n’est pas valorisée par une industrie du bois suffisante. Ailleurs, on se contente d’exploiter les taillis pour le bois de chauffage.

La population agricole se répartit dans de gros bourgs. Tous les services nécessaires à une agriculture s’y trouvent : vétérinaires, coopératives et industries laitières, foires. Pas, ou peu, de fermes dispersées en Lorraine ; l’habitat est groupé.

Une industrie en crise, un chômage élevé

Dès le XVIIIe siècle, grâce à l’exploitation du sel et du fer, la Lorraine entre dans le début de l’ère industrielle. Avec le charbon les usines produisent de la fonte. Mais après un essor rapide, à partir de 1945, l’extraction du charbon est en crise. Le minerai lorrain est pauvre, les moyens de transport n’ont pas évolué en fonction des besoins croissants. En 1974 c’est la sidérurgie lorraine qui est touchée : cela coûte plus cher de transporter une tonne de minerai sur les 100 km qui séparent la Lorraine de la Sarre, que de lui faire franchir les 6 000 km qui séparent le Brésil (Amérique du Sud) de Rotterdam (Pays-Bas. La France, comme beaucoup de pays, n’a plus besoin d’autant d’acier qu’il y a 50 ans. Les techniques de construction ont évolué, les charpentes métalliques sont plus légères. L’économie de la Lorraine a été très touchée par la crise sidérurgique. Les chômeurs sont nombreux, la reprise est difficile. L’État a essayé d’intervenir en demandant à Citroën de s’installer à Metz, à Peugeot d’aller à Trémery et à Renault Véhicules Industriels (RVI) de s’établir à Batilly. Mais, de plus en plus, les Lorrains sont obligés d’aller travailler dans la Sarre. Actuellement 1/6e des emplois fournis en Lorraine est le fait de firmes étrangères implantées en France et employant les Lorrains à moindres frais.

L’économie de la Lorraine était fragile car elle s’appuyait sur une seule production : la sidérurgie. La crise a révélé ses faiblesses. Les Lorrains qui ne veulent pas quitter leur région ont engagé un pari économique : faire revivre la Lorraine.

Nancy-Metz-Thionville

Metz et Nancy ont toujours rivalisé » pour acquérir le titre de capitale de la Lorraine. Metz est plus près des centres industriels, par contre Nancy concentre les fonctions administratives. Le récent découpage régional n’a pas tranché en désignant Nancy-Metz-Thionville métropole régionale. Pourtant les 3 villes ne forment pas un tissu urbain ininterrompu : Thionville est à 80 km de Nancy, Metz étant à mi-chemin entre les 2.

3 votes. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. muriel & francis (site web) 31/03/2009

Bonjour, merci pour la balade. Un site magnifique.
Rivalisé, non

Francis

2. wholesale jerseys (site web) 06/09/2010

Wearing an jerseys authentic NFL jersey is in a way status and also shows a deeper level of support for your team knowing that a portion of the proceeds from the sale of the jersey goes to the team and to the NFL themselves so that they are able to pay for good coaches, hunt for new talent, and employ great looking cheerleaders among other things, which will wholesale nfl jerseys please the crowd.They act as distributors to smaller retailers who prefer to wholesale nhl jerseys have smaller quantities of each product and instead a larger range.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site