Île-de-France

La région en résumé : 8 départements (Essonne, Yvelines, Val-d’Oise, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Haut-de-Seine, Paris) – Région parisienne sous le contrôle de la capitale – Agriculture prospère – Industrie centralisée puissante – Centre des décisions.

Le relief

Au cœur du Bassin parisien, l’Île-de-France déroule un paysage doucement vallonné, traversé par les méandres de la Seine. Depuis toujours, les bateaux ont navigué sur la Seine et aujourd’hui encore le fleuve reste la voie navigable la plus active de France, permettant à Paris d’être le 1er port fluvial. Les sols sont riches et fertiles. Une grande ceinture céréalière entoure la région parisienne.

Le climat bénéficie de l’influence océanique. Les hivers encore doux et pluvieux alternent avec des étés chauds et orageux. Les plus beaux soleils sont ceux d’automne où leur lumière se réchauffe aux couleurs des arbres jaunissants. Le soleil du printemps est plus blanc, parfois timide, parfois très chaud.

Les habitants de l’Île-de-France

Plus de 10 millions d’habitants au dernier recensement (chiffre de 1984) pour la région de l’Île-de-France. La plus grande partie de cette population habite Paris. mais depuis quelques années la ville et sa proche banlieue dans l’ensemble s dépeuplent au profit des villes du Val-d’Oise, de l’Essonne, des Yvelines et de la Seine-et-Marne. Aujourd’hui, il y a plus de « Parisiens » qui quittent la région que de provinciaux ou étrangers qui « montent » à Paris. si la population de la région parisienne continue quand même à augmenter légèrement, c’est grâce à une natalité plus forte que la mortalité.

Une agriculture très moderne pour peu de ruraux

0,6 % des actifs, seulement exercent une activité agricole. Machines perfectionnées et techniques modernes sont au service des céréales sur les plateaux et des cultures spécialisées (légumes, fruits et fleurs) dans les vallées.

Chaque année, l’espace agricole recule au profit de l’urbanisation. Des maisons et des immeubles prennent leur place, mais aussi des espaces de loisirs.

Le foyer industriel et économique le plus important

L’Île-de-France, avec sa population nombreuse, attire les entreprises sûres de trouver à la fois main-d’œuvre et marchés. Près du quart de la population active française se trouve en région parisienne.

Des usines se sont installées en Île-de-France, mais aussi des bureaux qui ont choisi la capitale et sa banlieue pour s’implanter (sièges sociaux, assurances, banques…). La raison est évidente : tout part de Paris et y arrive. Paris est le centre des décisions politiques, mais aussi économiques et administratives.

L’industrie est le secteur dominant. À Paris restent les petites entreprises artisanales et en banlieue, où il y a plus de place, se sont fixées les industries mécaniques (construction automobile), la chimie, l’agroalimentaire, les imprimeries… Plus récemment se sont développés les secteurs de l’aéronautique et de l’électronique. Comme partout, les entreprises subissent la crise et les emplois ne s’accroissent plus depuis quelques années. Mais cela est dû aussi à la décentralisation de certaines d’entre elles et à l’automatisation des chaînes de production (robots des usines Renault : chaîne de la Supercinq entièrement fabriquée par des robots). Comme dans toute zone fortement urbanisée, les entreprises de construction (bâtiments et travaux publics) représentent une grande part des emplois.

Carrefour international

L’Île-de-France est la région de France la plus visitée.

Elle accueille en moyenne 10 millions de touristes par an. On visite d’abord la capitale, ses musées, ses monuments et réalisations récentes (Beaubourg, la Vilette, Bercy…). Mais la banlieue n’est pas en reste, les châteaux et sites historiques offrent l’embarras du choix, avec le plus célèbre : le château de Versailles.

En tant que capitale, Paris se devait d’ouvrir ses portes aux organismes internationaux : UNESCO (Organisme des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture : le sigle est celui de la dénomination anglaise) ou l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique). Paris est aussi le siège de nombreux salons, foires et congrès internationaux.

Les villes nouvelles

Au-delà de Paris, loin souvent en banlieue, des « villes nouvelles » ont été créées de toutes pièces pour résoudre des problèmes de logement.

Cergy-Pontoise, Évry, Melun-Sénart, Marne-la-Vallée ou Saint-Quentin-en-Yvelines entourent Paris à une distance de 10 à 35 kilomètres. Elles peuvent accueillir jusqu’à 300 000 habitants et mettent à leur disposition tous les équipements nécessaires (hôpitaux ou cliniques, théâtres et cinémas, gymnases et stades, écoles et collèges…) et offrent certains emplois qui devraient fixer cette population en moyenne jeune. Outre les activités commerciales et administratives courantes, les villes nouvelles essaient d’attirer dans leur zone industrielle des entreprises et des bureaux. Ces emplois devraient faire des villes nouvelles plus que des « villes-dortoirs ». La ville nouvelle tourne autour d’un centre administratif, culturel et commercial, mais chaque quartier dispose également de commerces, de centres culturels et de loisirs.

Tous les habitants ne pouvant pas espérer travailler sur place, les transports en commun ont été privilégiés : trains ou RER, mais aussi les voies d’accès : routes, voies express, raccordements aux autoroutes.

1 vote. Moyenne 0.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. jeremy scott adidas (site web) 24/02/2012



buyadidas wings cheapjeremy scott shoes cheapjeremy scott shop

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×