Paris

Le relief

Le relief d’une ville, ça existe. Demandez donc aux habitants de Paris. Au creux du bassin parisien, la capitale de notre pays occupe environ 100 km². Contrairement à d’autres capitales illustres (Rome, Londres…), Paris s’étale de chaque côté des rives de la Seine. S’il est vrai que le relief n’est guère élevé, obligeant la Seine à décrire un vaste méandre, de nombreuses buttes, hier encore rurales, sont aujourd’hui livrées au macadam et au béton.

Les altitudes sont modestes. Le point culminant atteint 128 mètres à Belleville, suivi de près par Montmartre avec 127 m. Plus modestes, les hauteurs de Passy atteignent 65 m. sur la rive gauche, la Butte-aux-Cailles (60 m) et la Montagne Sainte-Geneviève (65 m) complètent les ondulations du quartier Montparnasse.

Au départ petite capitale des Gaulois Parisii, puis cité gallo-romaines, lutèce a dû attendre les Capétiens pour devenir capitale du royaume. La volonté des hommes est pour beaucoup dans le développement de la ville mais les conditions naturelles étaient favorables. Paris se trouvait au carrefour routier, entre le Nord et le Sud, et fluvial (Seine plus Marne) entre l’Est et l’Ouest. Les rois ont renforcé ses pouvoirs administratifs en centralisant toute décinion dans la ville. Les républiques ont poursuivi cette politique de centralisation, développant ainsi la ville dans un espace de plus en plus étroit. L’occupation du sol dans Paris est l’une des plus élevées du monde : moins de 2 m² d’espace vert par habitant ! la ville s’est développée de façon concentrique : le centre fut réservé aux administrations, aux affaires, aux commerces. Autour se sont installés les habitants riches et pauvres, sans se mêler. S’il n’y a pas de véritable critère d’habitat rive droite-rive gauche, l’opposition entre l’est et l’ouest, tout en diminuant, reste réelle. Dans une même ville se sont installés des gens bien différents, de tous milieux, de toutes régions. Aujourd’hui, à cette population de « Parisiens » tous venus de province il y a plus ou moins longtemps, s’ajoute une population d’étrangers qui parfois ont réussi à former de véritables quartiers (« villes chinoise »). Dans l’ensemble, l’ouest reste résidentiel et aisé, l’est plus populaire.

Paris capitale

Sa fonction de capitale d’un État lui confère des fonctions administratives. Le pouvoir central siège à Paris. présidence, ministères, assemblées (Assemblée nationale et Sénat), ambassades, consulats rassemblent les pouvoirs du gouvernement et ses relations avec le monde.

Aux pouvoirs politiques, Paris a ajouté la puissance économique en regroupant bon nombre de sièges sociaux des grandes entreprises françaises. Pour favoriser ces entreprises, un réseau routier, ferroviaire, fluvial et aérien a convergé vers Paris.

Cette concentration, en étoile, du réseau de transport n’est pas sans provoquer la grogne de certaines régions isolées devant obligatoirement « passer » par Paris pour communiquer avec leurs voisines. Cette situation tend à s’améliorer avec les pouvoirs accrus des régions mais reste encore bien pesante.

La concentration des décisions devait immanquablement entraîner celle de la formation. Ainsi, universités et grandes écoles ont longtemps été le monopole de la capitale.

Cela change petit à petit, depuis 1960 les universités régionales se font une réputation. Certaines grandes écoles ont même quitté Paris (ENAC, École nationale d’aéronautique, à Toulouse). Mais pas de fausse modestie, Paris reste le lieu privilégié de « la culture ». N’est-ce pas à Paris que se trouvent tous les grands quotidiens et magazines ? N’est-ce pas à Paris que siègent les maisons d’édition ? N’est-ce pas à Paris que l’on trouve théâtres, salles de concerts, musées, expositions à succès ? Mais, capitale oblige, il faut faire bonne figure aux rivales européennes et Paris reste « la France » aux yeux des étrangers.

Vivre à Paris fait rêver les provinciaux (certains), mais courir les Parisiens. On compte 17 millions de déplacements par jour ! On loge en banlieue et on travaille à Paris. Métro-boulot-dodo reste la grande maxime des Parisiens.

C’est à Paris que le montant de l’impôt sur le revenu par habitant est le plus élevé, c’est à Paris que les logements offrent le plus de confort, c’est Paris qui fournit le plus de vacanciers (plus de 80 % des Parisiens partent en vacances comme en région Rhône-Alpes, pays de la Loire, Centre ou Haute-Normandie), mais c’est aussi Paris qui reçoit le plus de touristes français ou étrangers.

Le rayonnement de la capitale est incontestable et incontesté, mais les grandes métropoles régionales lui tiennent tête et de cette résistance naîtra l’équilibre du pays.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site