La Champagne-Ardenne

La région en résumé : 4 départements (Aube, Ardennes, Marne, Haute-Marne) – Châlons-sur-Marne (63 000 habitants) métropole d’équilibre au détriment de Reims (177 000 habitants) – Vocation agricole (céréales, betteraves à sucre, plantes fourragères) – Industrie faible – Région dans l’orbite de Paris.

Le relief

Le massif des Ardennes ne fait qu’une timide incursion en territoire français. ce plateau en triangle couvert de maigres forêts culmine à 504 mètres d’altitude.

La Champagne fait partie du bord du Bassin parisien. À l’est surplombée par le massif de l’Argonne, la Champagne humide a longtemps offert des sols riches propices à l’élevage. Au sud-ouest, la Champagne crayeuse, appelée longtemps Champagne pouilleuse en raison de la pauvreté de son sol et de ses habitants, est devenue l’une des régions agricoles les plus riches. La craie judicieusement additionnée d’engrais donne une excellente terre à blé.

Le climat de la Champagne est moins humide que celui de Picardie car l’influence de l’océan est tempérée par l’influence froide et plus sèche venue de l’intérieur du continent européen.

Plus de soleil, moins de pluies, ont permis de cultiver sur la côte de l’Île-de-France le vignoble le plus célèbre du monde. Le nom de côte vient de la ressemblance avec un bord de mer de falaise. Ici, c’est simplement la présence d’une couche de roches plus dures que les autres qui, en s’inclinant vers l’ouest, a mieux résisté à l’érosion, offrant ainsi un profil de falaise gagnée par la végétation et non battue par la mer.

L’agriculture champenoise

La petite partie des Ardennes qui se trouve en France n’offre guère d’activités agricoles. Sur les plateaux pousse une forêt maigre sans grand rapport. La vallée de la Meuse est essentiellement industrielle.

La Champagne, en revanche, fait partie des riches terres du Bassin parisien.

À l’est, la Champagne humide se consacre à l’élevage. En Thiérache, au pied des Ardennes, l’élevage laitier se fait en association avec les laiteries-fromageries.

La champagne crayeuse est sans doute aujourd’hui une des régions les plus riches de France. À l’aide d’un labour profond accompagné d’engrais choisis, le blé, le maïs, la betterave et la luzerne font la valeur de cette terre. Les propriétés de plus de 200 hectares sont courantes et la terre vaut maintenant aussi chère qu’en Beauce ou en Brie. Les agriculteurs entrepreneurs pratiquent une véritable agriculture industrielle.

En revanche, sur la côte de l’Île de France, dans la vallée de la Marne et autour de Reims, le plus célèbre des vignobles français est le domaine des petites exploitation, qui n’atteignent parfois pas même un hectare.

Il existe cependant quelques grandes exploitations qui complètent leur récolte avec celles des petits propriétaires. La champagnisation du vin se fait en cave, soit celles des coopératives, soit celles des gros exploitants dont la plus grande partie de la production est destinée à l’exportation. On estime à environ 180 millions les bouteilles de champagne vendues chaque année, dont 1/3 à l’étranger. La fabrication du champagne commence comme celle de n’importe quel vin : par la fermentation dans les tonneaux. Ensuite, le champagne est mis en bouteilles avec un peu de levure et de sucre de canne. Ces 2 éléments vont provoquer une seconde fermentation, d’où les bulles.

Une industrie dispersée

Autrefois, les Ardennes produisaient de la fonte au bois, mais les ateliers modestes n’ont pas résisté à la concurrence de la fonte au coke. Se certains survivent encore, ils ne peuvent guère rivaliser avec les grands de la métallurgie installés dans la vallée de la Meuse comme Usinor à Charleville, Tréfimétaux à Givet ou Arthur Martin-Electrolux à Revin.

Autrefois encore grande région textile, les Ardennes n’ont pas été épargnées par la crise de cette branche. Certaines entreprises consacrées à la laine se sont reconverties dans les revêtements de sol (moquettes).

Sous l’impulsion de la décentralisation, Citroën s’est installé à Charleville. Mais cette initiative reste isolée. En Champagne, ¼ des machines agricoles françaises sortent des usines de Saint-Dizier. Dans le cadre des entreprises traditionnelles, les bonneteries de Troyes résistent à la crise du textile (Lacoste, Vitos, DDP, Petit-Bateau, Absorba…). Pour renforcer les installations industrielles de cette ville, Kléber Colombes fabrique des pneumatiques.

Dans cette région agricole, les industries alimentaires occupent une grande partie de la population active. Les secteurs les plus importants sont la champagnisation, la sucrerie, l’industrie laitière et les aliments pour le bétail.

3 villes importantes pour une seule région

On pourrait presque parler de rivalité entre Reims, Châlons-sur-Marne et Troyes.

Châlons-sur-Marne a été choisie comme régionale. Pourtant, c’est la pus petite des 3 avec ses 63 000 habitants. Sa position de carrefour lui confère un rôle commercial important soutenu par une industrie en développement.

Troyes (126 000 habitants) est la plus industrielle (textile et mécanique). Son rayonnement s’étend à toute la vallée de l’Aube.

Reims est de loin la plus grande, atteignant presque 180 000 habitants. C’est d’elle que part le commerce du champagne. Son université lui confère un rôle culturel important. Une industrie récente (verrerie, automobile et découpe de l’acier) s’y est bien installée.

Aucune des 3 ne rayonne sur la totalité de la région. Aucune n’a d’emprise sur les 2 autres non plus que la région de Charleville-Mézières et Sedan.

Sans doute trop proches de Paris, ces villes doivent se contenter d’une influence départementale, la région entière étant sous l’attraction de Paris.

Tourisme et résidences secondaires

La Champagne-Ardenne n’a rien d’une région balnéaire. Ce sont plutôt les nombreuses résidences secondaires qui sont responsables d’une activité dite touristique.

Les Parisiens, surtout, en quête de verdure ont restauré ou fait construire des fermettes et des maisons cossues. Toujours pour eux, des régions ont été aménagées en espaces de loisirs avec étangs et planches à voile. Les communes en tirent des revenus non négligeables, mais on ne peut guère parler d’économie touristique, même si les caves champenoises attirent de nombreux visiteurs.

 

Devinette

A qui doit-on la bouteille de champagne et son bouchon scellé ?

On attribue au maître caviste de l’abbaye de Hautvillers, Dom Pérignon, une bouteille solide fermée par un bouchon spécialement tenu au goulot par un fil de fer. Mais c’est à lui que vint l’idée de mélanger habilement les récoltes de plusieurs régions pour obtenir les meilleurs résultats.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×