La Picardie

La région en résumé : 3 départements (Aisne, Somme, Oise) – Amiens (120 000 habitants) – Région agricole riche – Industrie sous l’influence parisienne.

Le relief

 Le plateau picard, prolongement de celui de la Champagne, est pourtant bien différent. Alors, que son voisin champenois est sec et désert, le gros villages picards s’entourent de riches terres cultivées. Le sol est différent, le climat aussi : l’influence de la mer se fait largement sentir. La température reste douce toute l’année et les pluies abondantes sont bien réparties.

De la mer, la Picardie ne retient que la douceur du climat. Ses falaises abruptes n’offrent guère d’abri. L’estuaire de la Somme s’ensable et ne permet l’accès qu’aux bateaux de pêche. De plus, la proximité de l’estuaire de la Seine, si favorable, lui, à une activité portuaire intense, n’a poussé l’homme à combattre l’ensablement.

La Picardie est avant tout une région agricole

Le sol est riche, le climat favorable ; il n’en faut pas d’avantage aux Picards pour faire de leur région la 1re productrice de betteraves, de pommes de terre et de petits pois et la 2e pour le blé. Les agriculteurs pratiquent une culture intensive. Ces cultures céréalières et légumières sont destinées en grande partie aux industries agroalimentaires de la région. Les fruits et les légumes sont surgelés ou mis en conserve par Findus (Beauvais), Bonduelle (Péronne), Materne (Boué) et Saupiquet (Péronne). Flodor (Péronne) et Vico (Vic-sur-Aisne) transforment en chips et purée les pommes de terre. Les céréales sont plus particulièrement destinées aux pâtes alimentaires (Rivoire et Carret, Lustucru) et aux biscuits (Belin, Vandamne, Bahlsen-France, BN).

Parallèlement à ces cultures industrielles se développent celle du maïs et des plantes fourragères destinées à un élevage de bovins de plus en plus important. L’élevage occupe les vallées au détriment des cultures maraïchères de jadis (les hortillonnages).

Moins de 3 % de la population active vivent de l’agriculture (exploitations ou industries).

Il ne faut pas oublier la pêche et la chasse, qui entrent pour une part très importante dans les revenus des propriétaires terriens.

Traditionnelle ou moderne, l’industrie picarde est partout

Les activités industrielles occupent la plus grande partie des Picards actifs. Il n’exister pas vraiment de zone industrielle mais une répartition sur toute la région (campagnes ou villes), avec bien sûr quelques foyers plus importants.

Ainsi, Beauvais et Amiens sont en expansion industrielle rapide. Pas de spécialité pour Beauvais : des tracteurs Massey-Ferguson aux parfums Givenchy, en passant par les éponges Spontex, les industries sont modernes et se multiplient. Quelques grands noms aussi à Amiens (Goodyear, Dunlop, Laden, Ariel-Bonux-Lénor-Camay…, Lee Cooper) ne sont pourtant pas seuls à l’origine du développement de la ville. Ses fonctions administratives de capitale régionale et son centre universitaire participent largement à sa récente croissance.

Saint-Quentin souffre de la crise de l’industrie textile mais conserve une industrie mécanique active grâce à Motobécane ou Alsthom-Atlantique.

La basse vallée de l’Oise, spécialisée dans l’industrie lourde (métallurgie, chimie), appartient déjà à la grande banlieue parisienne. Montataire regroupe, entre autres, les 2 premières entreprises picardes Chausson (construction mécanique) et Usinor (laminoirs). Le long du reste de la vallée, les activités sont multiples : Uniroyal (pneumatiques) et Colgate-Palmolive par exemple à Compiègne, Bahlsen à Noyon, mais surtout Saint-Gobain (vitrages et laine de verre) à Thourotte et Rantigny.

Si dans les campagnes l’industrie est en recul, elle existe toujours et tient encore une place importante dans l’activité économique picarde. La tradition du travail du cuivre dans le Vimeu s’est adaptée par la production de robinetterie de qualité (Porcher) et occupe quelque 8 000 ouvriers répartis dans de nombreux petits ateliers. Le développement des résidences secondaires a entraîné la reconversion et l’adaptation des petites entreprises (bâtiment, serrurerie : Vachette et Fichet-Bauche…).

4 votes. Moyenne 3.75 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site